Pendant les fêtes, certaines blagues peuvent vous valoir une amende!

Santé !

La famille, les amis : tous se rencontrent au cours des fêtes de fin d’année. Les soirées sont souvent bien arrosées et sont le fréquent prétexte à des blagues parfois douteuses.

Tout le monde en connaît le début : “c’est l’histoire d’un Belge” (ou d’un Esquimau, d’un Australien ou de n’importe quel autre habitant du monde). Le blagueur ignore sans doute qu’il peut y avoir dans l’assistance une ou plusieurs personnes qui n’apprécient pas du tout cet humour discriminateur.

Le SLBD sera sur les dents pendant les fêtes

Le Service de Lutte contre les Blagues Douteuses (SLBD) annonce ce jour que l’auteur de ce type de plaisanteries est passible d’une amende de 45 €. Vous avez bien lu! Il suffit pour cela qu’un des participants à la fête dépose plainte auprès du commissariat le plus proche et y emmène au moins un témoin des propos en question.

Aussi, veillez à n’inviter que des personnes sûres. Si, par bonheur, vous êtes convié(e) à un réveillon chez un voisin ou une connaissance de votre conjoint(e), méfiez-vous comme de la peste de ce que vous direz. Surveillez votre consommation de spiritueux pour ne pas verser dans la facilité d’une blague outrancière et peu spirituelle.

L’amende majorée de 10€ par enfant de moins de douze ans présent lors de l’infraction

Ce supplément n’est toutefois pas applicable s’il s’agit d’un enfant de moins de trois ans, et ce même si les bambins rient de bon coeur. Il est plus que vraisemblable qu’ils participent à l’hilarité des convives par réflexe, et non par la “chute” de ladite blague. En réalité, ils n’ont souvent pas compris les mots et encore moins l’idée sous-jacente. véhiculée par le blagueur délinquant.

Une astuce est de raconter son histoire dans une langue étrangère, que seules les personnes de confiance connaissent. L’allemand, le chinois ou le catalan sont les langues les plus courantes pour éviter l’amende fatidique.

Rappelons que pour les narrateurs de Wallonie, de Flandre et même de Bruxelles, le dialecte local n’est PAS considéré comme un langage étranger. Trop proche de la langue maternelle, sans doute.

Soyez prudents, et bonnes fêtes à vous, chers lecteurs et lectrices!

A propos Augustin Kanniemer 31 Articles
Augustin Kanniemer, fin observateur, est maire de Cornimon (France) depuis 2015.

2 Commentaires

  1. Sé la mailleure sa. Je voudré bien voir qu’on me mètte une amande quant je racontte une blague! Sé la dictature! Je ne la pairé pas de toute fasson.

  2. L’état ne sait décidément plus quoi inventer pour renflouer ses caisses. Je suis offusqué par cette nouvelle taxe déguisée. Scandaleux et invraisemblable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.